Reviews VO : les sorties des 26 et 27 mars 2024

Chaque semaine, Ben Wawe vous propose les reviews de ses lectures des sorties américaines !

Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle fournée de retours sur les comics VO ! On attend ici la fin de Amazons Attack, la suite du Green Arrow lié à Amanda Waller, mais aussi la fin de Thunderbolts, la continuation de G.O.D.S. et surtout un nouveau chapitre de Ultimate Spider-Man.  Qui va plaire, qui va décevoir ? Réponse ici !

 

DC

 

Amazons Attack #6

Scénario : JOSIE CAMPBELL
Dessins : VASCO GEORGIEV
Couverture : CLAYTON HENRY

Oula. Josie Campbell finit comme elle peut sa saga et sa série, mais elle ne peut pas grand-chose, hélas. Les Amazones principales (Nubia, Yara Flor, Cassandra Sandsmark, Farouka possédée et Mary Marvel qui aide) sont face à la « responsable » de tout ceci, à savoir une Amazone inconnue, qui a jadis trahi Hippolyta car elle n’appréciait pas que les Amazones d’antan se replient sur elles et cessent d’aider les Hommes. Elle a donc ouvert les portes de Themyscira à Herakles, a été tuée et emprisonnée morte-vive dans Themyscira, mais a pu se libérer lors du tremblement de terre dans le précédent (et piteux) crossover amazone. Elle possède désormais une femme (vue dans le #2 ici, à oublier), utilise les Pommes de la Discorde et manipule la fille Sivana. Les Amazones sont sous son influence, mais elles se libèrent avec leur détermination et la battent. Elles la livrent ensuite au Bureau de la Souveraineté, et elles décident de continuer ensemble ; pouvoir de l’amitié et de l’amour, etc.

Ce n’est pas bon. La série n’a jamais été brillante, mais a eu de bons moments, et hélas Josie Campbell ne parvient pas à offrir une conclusion cohérente et solide. La responsable est un Deus Ex Machina facile et sans intérêt, la fille Sivana est aux oubliettes, la victoire est trop facile et expédiée. Vasco Georgiev livre des planches correctes, mais ça ne relève pas un niveau très bas.

Fin loupée d’une série arrêtée sûrement en avance, qui avait de bons moments et une bonne optique. A oublier.

 

Alan Scott: The Green Lantern #5

Scénario : TIM SHERIDAN
Dessins : CIAN TORMEY
Couverture : DAVID TALASKI

Très bon. Tim Sheridan enchaîne intelligemment, en donnant bien des réponses et en faisant sacrément monter la pression. Alors qu’Alan Scott est dévoré par la Crimson Flame qu’il a absorbée, il exige des réponses de son ex, Johnny/Vladimir, qui révèle qu’il ne peut pas tout stopper car

Le pote d’Alan amène, sans rien maîtriser, la lanterne verte, pour que celle-ci sauve Alan et surtout révèle l’origine de la Crimson Flame :
Une incarnation de l’Emerald Flame explique tout à Alan, le ramène et celui-ci calme le jeu. Une attaque d’énergie rouge fond sur New York, et autant Alan que Johnny/Vlad découvrent les “remplaçants” du Red Lantern : le groupe Crimson Host, d’autres surhumains dotés de la Crimson Flame. La lanterne rouge est détruite, Johnny/Vlad perd ses pouvoirs, mais…

C’est très bon, oui. Tim Sheridan est définitivement excellent sur cette saga, autant intense qu’émouvante. L’explication sur Crimson Flame se tient, les échanges entre Alan et son ex sont touchants et durs, et les événements sont forts. Je suis surpris des remplaçants, j’adore le cliffhanger et l’apparition finale. C’est intense, épique, et Cian Tormey livre des planches autant superbes que dynamiques.

Une réussite totale, vivement la suite.

 

Green Arrow #10

Scénario : JOSHUA WILLIAMSON
Dessins et couverture : SEAN IZAAKSE

Très bon. Joshua Williamson enchaîne avec efficacité et émotion, et c’est un plaisir. Oliver est ainsi « recruté » par Amanda Waller, pour retrouver Roy et finir la mission : récupérer les fichiers et données de Sanctuary, protégés et perdus dans une base dans le grand froid. Oliver y va avec Connor, et ils sont attaqués par l’équipe que Roy avait emmené : Arrowette, Red Arrow, Red Canary et Speedy, la jeune Mia. Les retrouvailles sont intenses et agréables, Oliver ouvre la porte (car lui est membre de la JL, comme Roy, mais pas les filles qui attendaient). Il retrouve Roy, qui pense qu’il est une illusion de Sanctuary ; comme Oliver a cru que Roy n’était pas « lui », sauf quand Lian lui a tout dit. Les deux se retrouvent, mais Sanctuary réagit et fait apparaître une JL entière pour les stopper.

Très bon, oui. Joshua Williamson continue sa bonne saga qui, sous couvert d’un lien avec le futur événement Absolute Power basé sur Amanda Waller, lui permet de réunir la ArrowFamily (très cool de revoir toutes les filles ensemble), mais aussi de s’emparer d’événements passés pour les faire mieux passer (la mort de Roy dans Heroes in Crisis). C’est bien fait, bien mené, touchant même quand Roy retrouve Ollie, et c’est prenant. Graphiquement, Sean Izaakse livre des planches superbes, mais doit être aidé par un Tom Derenick solide.

Un très bon moment, notamment pour la bonne gestion des personnages.

 

Power Girl #7

Scénario : LEAH WILLIAMS
Dessins : MARGUERITE SAUVAGE
Couverture : AMY REEDER

Oula, je n’ai pas adhéré. Leah Williams poursuit et intensifie même l’approche heroic fantasy mignonne du précédent numéro, mais ça ne m’a pas plu. Ici, elle fait des liens avec des épisodes précédents, montre PG et Supergirl lutter dans ce royaume magique contre une scientifico-magicienne manipulatrice. Bagarre globale, réussite finale, récompense de la reine et départ avec quelques commentaires et pseudo blagues.

Clairement, ça ne m’a pas plu. Je n’adhère pas vraiment à l’heroic fantasy globalement, encore plus ce côté mignon voire kawai. Je trouve ça lourd, l’épisode est désagréable pour moi, et je suis heureux que ça soit passé. Marguerite Sauvage elle-même est peu impressionnante ici, avec des planches correctes mais loin de ce qu’elle sait faire.

Un épisode à oublier, et vite, pour moi. 

 

Marvel

 

Cable #3

Scénario : FABIAN NICIEZA

Dessins : SCOT EATON

Couverture WHILCE PORTACIO

J’ai aimé le #1, trouvé le #2 lourd et maladroit… et cette suite reste hélas sur cette ligne. Fabian Nicieza me perd dans un épisode maladroit, trop bavard, où les Cable affrontent des clones créés par Black Womb, super-vilaine apparue dans X-Men Legends (c’est dire son impact). On voit que Parvenu gère tout ca, les Cable remontent sa piste avec Irène, Young Cable se laisse happer par le discours de paix totale de la Neocracy… et en vient à

Gros bof, encore. Fabian Nicieza livre une histoire lourde, peu entraînante, avec des super-vilains trop méconnus et des rebondissements téléphonés. Dommage, car les échanges entre les Cable sont cool, et Scot Eaton & Lan Medina assurent malgré des styles un peu différents. 

Un échec qui se dessine.

 

G.O.D.S. #6

Scénario : JONATHAN HICKMAN

Dessins : VALERIO SCHITI

Couverture : MATEUS MANHANINI

Prenant et réussi. Jonathan Hickman continue sa série et s’approche de la fin de ce volume (unique ?), avec un épisode sur Aiko qui veut réparer ce qu’elle a fait à Mia. A savoir prendre une future magicienne, du camp d’en face donc, comme apprentie, ce qui ne se fait plus chez elle, notamment car cela impose que Mia ne puisse jamais atteindre son plein potentiel magique. Prise de remords, Aiko s’en va solliciter le mystérieux Lion of Wolves pour qu’il l’aide à obtenir audience auprès du Tribunal Vivant. Plusieurs épreuves attendent Aiko, qui doit former des engagements et sacrifices, mais reçoit un refus brutal du Tribunal, qui révèle que la Justice ne répare pas mais condamne à ce qu’elle se sente coupable. Mais le frère du Tribunal, Oblivion, l’aide malgré elle, même si alors Mia

The Lion of Wolves exige son dû, à savoir
Cela s’achève sur une discussion mélancolique entre Aiko et Wynn.

C’est bien, oui. Toujours grandiloquent, toujours suffisant dans la démarche, toujours “vain” car l’apport de ces nouveaux concepts me semble faible et Hickman aurait pu raconter tout ça avec Strange et d’autres. Mais c’est bien fait, bien mené et Valerio Schiti propose de jolies planches.

Ça restera un pétard mouillé mais ça se lit bien.

 

The Incredible Hulk #10

Scénario : PHILLIP KENNEDY JOHNSON

Dessins : DANNY EARLS

Couverture : NIC KLEIN

Toujours la même rengaine : super ambiance, bonne intrigue de fond, dessins adaptés et sombres, bonne série… mais bien, bien trop lente, au point que ça casse la dynamique. Ici, Charlie est poursuive par la monstre de la Nouvelle Orléans, Nephele la Mère des Anges, qui transforme des victimes de violences commises par des hommes en poupées figées. Hulk découvre tout ceci en la cherchant et en interrogeant le spectre d’un détective Pinkerton tué en 1873. Il retrouve Nephele et ça va taper.

C’est lent, quand même. Phillip Kennedy Johnson assure sur l’atmosphère et il est très bon pour créer et animer ses monstres, mais ça avance bien trop peu. Danny Earls livre de belles et bonnes planches pour une belle ambiance “southern gothic”.

Mêmes qualités et défauts, mais c’est vraiment lent.

 

Rise of the Powers of X #3

Scénario : KIERON GILLEN

Dessins : R.B. SILVA

Prévisible mais intense. Kieron Gillen poursuit son volet de Fall of X, avec la lutte contre le Dominion Essex et surtout Charles Xavier qui veut empêcher les drames récents en… tuant Moira avant qu’elle ait ses pouvoirs, empêchant ainsi Krakoa. Il parvient à identifier le jour où la jeune Moira obtient ses pouvoirs, et vient la tuer. Moira est déjà consciente de ses vies passées et défend sa cause, Charles se prépare à l’abattre alors que son équipe, dans la No Place X, est attaquée par Orchis. Une Moira forme alliance avec le Dominion, dans une timeline, et Rasputin IV découvre que Mr Sinistre est en vérité Doug Ramsey cloné ici, et elle s’emporte avec Rachel quand elles apprennent le projet de Charles. Rachel parvient à empêcher Charles de tuer Moira, il intègre en elle une pensée pour plus tard, rentre. Rasputin IV

et Charles

C’est intense, oui. Kieron Gillen maîtrise sa saga et ses personnages, avec une bonne gestion de l’émotion de Charles. C’est là où c’est prévisible car la solution est “trop facile” et extrême, mais la mise en place de la décision est bonne. La surprise finale est bonne, même si on sent le twist, et RB Silva s’éclate, bien qu’il soit parfois un peu confus.

Prenant, intense, réfléchi ; prévisible mais réussi. 

 

Thunderbolts #4 (sur 4)

Scénario : COLLIN KELLY, JACKSON LANZING
Dessins : GERALDO BORGES
Couverture : TERRY DODSON

Bon final. Collin Kelly & Jackson Lanzing achèvent efficacement et intelligemment leur mini-série, et ça confirme le regret que ça s’arrête là. Ici, Bucky mène ses Thunderbolts en Latvérie pour y retrouver et tuer Red Skull, qui y a été réactivé et s’y cache. Bucky avertit Dr Doom, qui l’invite à ne pas venir, mais l’équipe attaque et découvre les horreurs de Schmidt. Le combat est violent, intense ; Red Skull les bat tous, même Bucky. Mais… Bucky l’avait prévu et

L’équipe s’enfuit, se félicite et décide de rester ensemble pour continuer à éliminer les grands super-vilains. 

C’est bien, oui. Collin Kelly & Jackson Lanzing gèrent bien leur final, mènent un bon combat même s’il est expéditif. Dr Doom est bien utilisé, l’ensemble est efficace et ça rend bien. Geraldo Borges propose de bonnes planches, bien dans le ton.

Dommage que ça se termine déjà, c’était bien et pertinent. 

 

Sans-titreUltimate Spider-Man #3

Scénario : JONATHAN HICKMAN 

Dessins et couverture : MARCO CHECCHETTO

Je continue à avoir des réserves, notamment sur ce Peter trop peu développé, trop creux, qui a un job de photographe sans raison, dont l’oncle Ben est journaliste sans raison non plus, mais… c’est sympathique. Prévisible dans ses surprises mais sympathique. 

Ici, Peter et sa fille se cachent de MJ et Richard pour que la petite May l’aide à utiliser les nano machines de son costume (offert par Iron Lad venu du futur) pour changer les couleurs. Ils arrivent au costume légendaire, Peter voit le local de Ben & Jonah et échangent avec eux sur le Bouffon Vert et Fisk. Peter décide de surveiller les possibles zones d’attaque et voit finalement un combat entre le Bouffon et Bullseye. Il empêche le second de tuer le premier, prend cher mais le bat avec le Bouffon. Ce dernier

C’est bien, oui. Hormis les bémols que je maintiens, et qui gênent ma lecture au fond, c’est agréable. Un peu lent quand même, mais sympathique. Il n’y a cependant guère de vraie surprise : la revue de costumes est cool mais prévisible, la bagarre est bonne mais même la fin se “sent” comme twist différent. La version de Jonathan Hickman est bonne mais, passé le choc initial, reste sage. Marco Checchetto continue de livrer de belles planches, des illustrations sublimes, même si pas toujours dynamiques. 

C’est bien. Ça ne me convainc pas entièrement mais c’est bien.

 

Une semaine contrastée : si Alan Scott: The Green Lantern confirme être une saga forte et marquante, si les Thunderbolts finissent bien etque Rise of the Powers of X est intense et prenant, l’ensemble est globalement moyen. Des épisodes souvent agréables mais pas épatants, et quand même de sacrées déceptions. Avec toujours cet Ultimate Spider-Man troublant, qui fait parler… et c’est déjà bien aussi !

Merci d’avoir lu ces reviews, n’hésitez pas à dire en commentaire vos avis sur les titres critiqués… ou même d’autres sortis cette semaine qui n’ont pas pu être traités ! L’ensemble de ces critiques sont également postées sur les forums Sanctuaryet Buzzcomics.

Laisser un commentaire